Mise à jour
Linky au tribunal !

22 juin 2018

Malgré votre signature et celle des quelque 47 600 signataires…

…malgré la mise en garde de la Cour des comptes et le rapport de l’ANSES…

…malgré la mobilisation de collectifs « Anti-Linky », les milliers de témoignages de personnes électrosensibles et le refus catégorique des maires de certaines communes…

…les pouvoirs publics n’en démordent pas : le 21 mars dernier, le Sénat a voté contre le refus de l’installation Linky. Et si on ne les arrête pas, ils prévoient d’équiper l’ensemble du territoire d’ici à 2021, et ce, sans votre accord !

Désormais, on ne peut plus dire non à Linky. Sans aucun complexe, les autorités publiques piétinent nos droits élémentaires, se moquent de notre santé, de nos données personnelles et de notre droit à la propriété privée !

Pour défendre ces droits, un collectif de plus de 200 habitants des Landes ont décidé d’assigner Enedis en justice. L’action de ces habitants courageux pourrait peut-être faire jurisprudence pour l’ensemble de la population qui se bat contre la tyrannie du Linky !

Dans les jours qui viennent, Jean-Pierre Joseph, avocat du collectif Anti-Linky, va saisir le tribunal de grande instance de Tarbes. Il affirme détenir « des dizaines de témoignages de gens qui se sentent mal depuis qu’il y a ce compteur, des maux de tête, des troubles du sommeil, de la tachycardie, etc. »

Alors pour soutenir et faire connaître leur initiative, demandez à vos proches de signer cette pétition pour montrer aux autorités que la mobilisation ne faiblit pas.

Mobilisons-nous, il est grand temps d’en finir avec ce compteur qui met en danger notre santé et qui s’immisce dans notre vie privée !

Mises à jour similaires

Plus de mises à jour ...
81.441 signatures
18.559 signatures nécessaires pour atteindre 100.000
Vous recevrez des nouvelles de cette pétition par email, et d’autres actions qui lui sont proches. En signant cette pétition, vous acceptez nos CGU et le traitement de vos données conformément à notre Politique de confidentialité.