Pétition à Gérald Darmanin
Stop aux privilèges indécents des fonctionnaires de l’Assemblée nationale

Stop aux privilèges indécents des fonctionnaires de l’Assemblée nationale

Ils font tout pour que ça ne sorte pas : ils sont discrets sur leurs salaires, étouffent les rapports de la Cour des comptes… et cela, en toute impunité. Bienvenue dans l’univers impénétrable des fonctionnaires de l’Assemblée nationale…

Si je vous disais qu’entre 1789 et 2016 les comptes de l’Assemblée nationale n’ont été contrôlés qu’une seule fois, vous auriez du mal à me croire ? C’est pourtant ce que révèle Paul Jossé dans un rapport publié pour l’IREF (Institut de recherches économiques et fiscales).

L’enquête de cet ancien collaborateur parlementaire nous apprend que l’unique contrôle de l’Assemblée nationale date de 2007. Malheureusement, ce ne fut pas chose facile pour les magistrats de la Cour des comptes : pression de la haute administration, déni d’informations, sabotages… les uniques exemplaires de cet audit ont fini dans le broyeur de Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale de 2007 à 2012.

Oui, vous avez bien lu. L’ancien président de l’Assemblée nationale a lui-même détruit l’audit de la Cour des comptes ! Pourquoi ? Parce qu’il ne fallait surtout pas dévoiler les petits secrets des fonctionnaires du Palais Bourbon.

Alors, que cachent-ils vraiment ?

– Des salaires mirobolants, selon les chiffres de 2017 fournis par la Questure de l’Assemblée nationale pour l’émission « Capital » :

  • comptez 5 235 euros net mensuel pour les rédacteurs de comptes rendus débutants, et 7 486 euros net mensuel après 10 ans de carrière
  • entre 4 153 et 9 261 euros net mensuel pour les assistants de direction
  • entre 3 780 et 6 764 euros net mensuel pour les agents qui « jouent au sudoku ou regardent des films sur leurs ordinateurs » selon Paul Jossé.
  • et comptez entre 13 978 et 16 051 euros net mensuel pour les administrateurs en fin de carrière

– Des primes indécentes parmi lesquelles une prime de nuit qui « s’applique à tous les fonctionnaires, qu’ils soient en train de dormir ou effectivement à l’Assemblée à travailler » précise Paul Jossé, à hauteur de  64% de leur rémunération brute, selon un rapport remis en avril 2018 au Président de l’Assemblée nationale.

Rajoutez à cela des avantages sans précédent : une retraite calculée sur 154,8% de leur salaire, un logement de fonction, 25 jours de RTT en plus des 5 semaines de congés payés… Toujours plus !

Ces privilèges dépassent l’entendement, surtout lorsqu’on sait qu’ils sont 1 132 à en profiter ! Un véritable scandale, financé par nos impôts…

Le rapport d’avril 2018, signé par le Secrétaire général de la Questure et par le Secrétaire général de l’Assemblée, joliment intitulé « Quelle administration parlementaire en 2022 ? », dresse un état des lieux et propose des préconisations quant au statut de l’administration de l’Assemblée nationale. Inutile de vous dire que nos chers fonctionnaires du Palais Bourbon s’angoissent déjà à l’idée d’une réforme de leur statut, et prévoient même de faire grève !

Mais qu’ils se rassurent, le rapport ne mentionne aucun changement de leurs grilles salariales ! « En ce qui concerne l’évolution globale du niveau de rémunérations et en particulier des indemnités, nous ne proposons pas de remise en cause de ce niveau dans l’immédiat, sauf de manière limitée ». Autrement dit, ces privilèges vont encore durer !

Alors mobilisons-nous contre ce pillage des deniers publics. Cette réforme prévue est une opportunité inespérée de mettre fin à ces pratiques insupportables !

Mais il faut qu’on soit des dizaines et sans doute même des centaines de milliers de personnes à signer cette pétition pour que les choses changent.

Faisons pression tous ensemble pour abolir les privilèges de cette petite caste de fonctionnaires et exiger une révision de leurs salaires, généreusement financés par nos impôts !

D’avance, je vous remercie de partager cette pétition et d’en parler haut et fort autour de vous.

Sources :

La belle vie des fonctionnaires de l’Assemblée nationale, IREF Europe

Les nababs de l’Assemblée nationale, Le Point

Les agents de l’Assemblée nationale, une réalité qu’on a voulu cacher ? , RMC BFMTV

Rapport avril 2018, « Quelle administration parlementaire en 2022 ? »

Logement, rémunération, les privilèges ahurissants des fonctionnaires de l’Assemblée nationale, Capital

7 juin 2018
Pétition adressée à
ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin
Président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand

Monsieur le ministre, Monsieur le président de l’Assemblée nationale,

Le récent rapport de Paul Jossé révèle les salaires et les primes indécents des fonctionnaires du Palais Bourbon.

Sans aucune raison apparente, ces fonctionnaires sont payés plus qu’un député, qu’un ministre et parfois même plus que le Président de la République… Et cela, grâce aux fonds publics.

Alors même que la pression fiscale augmente sur les contribuables, il est inadmissible qu'une petite caste protégée continue à bénéficier de privilèges injustifiés, aussi je vous demande de saisir l'opportunité de la réforme de l'administration parlementaire que vous êtes en train de préparer pour y mettre un terme.

Respectueusement,

Mises à jour

Plus de mises à jour ...
Rémi a lancé cette pétition
Il y a 9 mois

8.251 Commentaires

martin
martin

Lorsque l’on souhaite faire le ménage, on commence toujours par le haut de l’escalier…

jean francois krell
jean francois krell

pauvre de nous

Noëlle GAUDIN
Noëlle GAUDIN

Non seulement ils ont des privilèges mais en plus, ils cumulent divers mandats et diverses revenus. En théorie, ils ne travaillent pas pour eux mais pour l’intérêt de tous les Français puisqu’ils nous représentent. Ils doivent montrer l’exemple et établir un plafond maximum en rapport sans oublier le revenu moyen du français. Ils n(ont pas à s’enrichir sur le dos des français. De plus il devrait exister une obligation de résultat comme dans le privé avec une retraite normale comme calculée comme dans le privé.

claude gilmaire
claude gilmaire

Scandaleux

foulquie christian
foulquie christian

completement d’accord !.f

DIDIER Alain
DIDIER Alain

Ras le bol

Christian Rosset
Christian Rosset

L’abolition des privilèges date de la nuit du 4 Août 1789 et cette survivance est une insulte à la France et aux Français. Il faut maintenant abolir toutes cette basse cour qui ne cesse caquetter.

Anonyme
Anonyme

Et Bernard Accoyer ? Pas de problème ?

Pierre BELLENGER
Pierre BELLENGER

arretons les previleges

natane Bellenger
natane Bellenger

arretons les previleges

Il faut ou pour pouvoir poster un commentaire.
48.056 signatures
1.944 signatures nécessaires pour atteindre 50.000
Vous recevrez des nouvelles de cette pétition par email, et d’autres actions qui lui sont proches. En signant cette pétition, vous acceptez nos CGU et le traitement de vos données conformément à notre Politique de confidentialité.

Pétitions similaires

Halte à la prolifération des faux ronds-points !
5.598 signatures 550
Pour le rétablissement des programmes TV sur le service public à 20H30
14.938 signatures 3.117
Donner un sens au vote blanc pour une démocratie renouvelée
6.713 signatures 938