Pétition adressée à Députés et sénateurs
Pour des prix agricoles décents pour les agriculteurs

Pour des prix agricoles décents pour les agriculteurs

URGENT ! Plus qu’une semaine pour aider les agriculteurs…

Au moment de la première lecture du projet de loi, sénateurs et députés s’accordaient pour laisser le soin à l’Observatoire des prix et des marges (OFPM), un organisme neutre, d’élaborer les indicateurs de coût de production agricoles afin d’éviter que les acteurs les plus puissants (la grande distribution et l’industrie agroalimentaire, pour ne pas les nommer) n’imposent leur volonté et écrasent une fois de plus nos agriculteurs…  

Cette mesure était un véritable garde-fou ! Une opportunité qui protégeait les agriculteurs en leur garantissant des revenus décents…

Mais voilà, le gouvernement s’en est mêlé et a imposé de nouvelles dispositions…

Résultat : il y a quelques jours, alors que la loi était en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, les députés ont voté contre cette mesure, contredisant magistralement leur position première…

… et laissant les agriculteurs dans les griffes d’un système qui va continuer à les appauvrir ! C’est scandaleux…

Mais il reste encore une chance d’inverser les choses : le projet de loi passera entre les mains des sénateurs le 25 septembre prochain. Autrement dit, il reste une semaine pour que les Français se mobilisent massivement derrière la pétition pour faire pression sur les sénateurs et qu’ils votent en faveur d’un système d’élaboration des prix qui ne soit pas déterminé par les géants de l’agro-industrie et qui permette aux agriculteurs, quelle que soit la taille de leur exploitation, de vivre décemment de leur travail.

Une semaine, c’est tout ce qu’il reste pour agir… et les enjeux sont colossaux. 

Signez massivement la pétition !

________________________________________________________________

Madame, Monsieur,

La loi Alimentation, votée en ce moment, avait pour but d’en finir avec les pratiques actuelles, scandaleuses, qui sont en train de tuer l’agriculture et les agriculteurs…

… Et où la centrale d’achat des géants de la distribution décide du prix, de ses marges bénéficiaires et, fait ensuite pression sur les petits producteurs et les oblige à vendre à un prix dérisoire quand ce n’est pas carrément à perte.

Pour permettre aux agriculteurs d’obtenir un prix décent, la loi Alimentation contient un principe simple : on doit partir du coût de production des paysans, avec des « indicateurs de prix de revient » pour déterminer le prix de vente aux centrales d’achat.

L’élément-clé de cette loi, vous vous en doutez, est de savoir qui va établir ces fameux « indicateurs de prix » qui serviront aux négociations entre producteurs et grande distribution.

Le Sénat et l’Assemblée nationale étaient tombés d’accord pour confier la fixation de ces indicateurs de prix à un organisme neutre, n’émanant ni des producteurs ni de la grande distribution : l’Observatoire des prix et des marges, sous tutelle du ministère de l’Agriculture.

Mais… les lobbies de la grande distribution sont passés par là !

Finalement, dans le texte soumis actuellement aux députés, ce sont les « filières » (bovine, céréalière, etc.) où dominent des géants de l’agro-industrie (Bigard par exemple pour le bœuf) qui devront établir ces indicateurs de prix.

Autrement dit, ce que cette loi est en train d’établir, c’est un dialogue entre les géants de l’agro-industrie et les géants de la grande distribution.

Une belle hypocrisie pour une loi censée assurer des négociations équilibrées et un revenu décent à tous les agriculteurs qui, justement, veulent défendre une agriculture à taille humaine, respectueuse de la nature et des animaux et donc, avec des coûts de revient un peu plus élevé que dans les « fermes des mille vaches » !

S’il vous plaît, interpellez de toute urgence les parlementaires en signant ma pétition : « Pour des prix agricoles décents pour les agriculteurs« .

Nous avons peu de temps pour agir : la loi Alimentation est en 2e lecture à l’Assemblée puis au Sénat jusqu’au 25 septembre.

Ne rien dire aujourd’hui, ce serait laisser les lobbies de la grande distribution torpiller la Loi Alimentation, et priver des millions de consommateurs de produits de qualité dans leur supermarché, à des prix établis au plus bas mais respectant le travail des paysans.

Merci de votre action.

Gilles

PS : vous faites peut-être partie de ces Français de plus en plus nombreux qui achètent leurs produits frais en « circuit court », chez les petits commerçants, en vente directe à la ferme, AMAP, etc. pour avoir des produits de saison et de qualité, une agriculture saine et de légitimes revenus pour les agriculteurs. Et votre action aujourd’hui peut être décisive pour empêcher la grande distribution d’écraser les paysans : c’est très urgent, alors je compte sur vous !

12 septembre 2018
Pétition adressée à
Députés et sénateurs

Pour des prix agricoles décents pour les agriculteurs

Pétition à l'attention des députés et des sénateurs

Je suis pour une agriculture saine, respectueuse de la nature et des animaux.

Je trouve scandaleux que la grande distribution impose des prix dérisoires, voire à perte, aux producteurs. Les paysans doivent pouvoir vivre dignement de leur travail.

Je vous demande de respecter l'esprit initial de la loi Alimentation qui devait en finir avec ce diktat de la grande distribution. Et de voter, dans la loi Alimentation, un système d'élaboration des prix qui ne soit pas déterminé par les géants de l’agro-industrie et qui permette aux agriculteurs, quelle que soit la taille de leur exploitation, de vivre décemment de leur travail.

Mises à jour

Mise à jour de la pétition

Au moment de la première lecture du projet de loi, sénateurs et députés s’accordaient pour laisser le soin à l’Observatoire des prix et des marges (OFPM), un organisme neutre, d’élaborer ...

Il y a 3 jours
Gilles a lancé cette pétition
Il y a 1 semaine

530 Commentaires

dominique
dominique

je voudrais qu’un reportage face la comparaison de revenus et d’activité entre un mois de travail d’un agriculteur comparé a celle d’un assisté professionnel ,

Corinne Romanens
Corinne Romanens

Nous vivons de l’agriculture! Pas de l’argent!!

Geneviève LEGALLE
Geneviève LEGALLE

je suis pour payer plus cher aux producteurs et non a l’État ou aux distributeurs, il est scandaleux que ces gens ne puissent pas vivre de leur travail alors que certains s’enrichissent en expatriant leur argent……. et ne paient pas leurs impots

DANIELE YZERMAN
DANIELE YZERMAN

Un peu de cohérence SVP : d’un côté, un plan pauvreté qui coûte des milliards à l’Etat, et de l’autre des réticences à une mesure qui mettrait les agriculteurs à l’abris de cette pauvreté…..

derrick chaffard
derrick chaffard

Bien entendu qu’il faut aider nos agriculteurs, ceux qui vivent durement, pas les gros céréaliers ou autres viticulteurs des Bordeaux, Bourgogne ou Côtes du Rhône. Ceux-ci n’en ont pas besoin.

Anonyme
Anonyme

Le monde agricole est méprisé dans les hautes sphères. Les spécialistes dans les débats télévisés osent parler de méthodes archaïques. Seuls comptent les entreprises internationales et la production de masse. Qui accepte de travailler plus de 70 heures par semaine pour 300 euros mensuels, sans droit au chomage en cas de faillite à part les agriculteurs et les travailleurs indépendants ? Les consommateurs doivent se bouger pour permettre aux derniers agriculteurs en exercice de continuer un si beau métier.

Pierre Ghio
Pierre Ghio

encore un coup de notre cher ministre de l’ anti-agriculture cela ne lui suffit pas d’avoir fait gicler NH !!!!

Pierre Ghio
Pierre Ghio

encore un coup de notre cher ministre de l’ anti-agriculture cela ne lui suffit pas d’avoir fait gicler NH !!!!

VELEZ FRANCOISE
VELEZ FRANCOISE

je suis scandalisée par le gouvernement qui ne soutient nos agriculteurs et revient toujours sur ces positions pour favoriser les plus gros au lieu de soutenir nos petits paysans . C’est une honte quand on sait combien de paysans finissent par se suicider pendant que les géants de l’agro- industrie s’enrichissent sans scrupule en étouffant les petits agriculteurs.

Christelle CATTO
Christelle CATTO

Les producteurs sont les fabriquants de la matière première d’un produit qui va donner toute la qualité ( si pas pesticides, pensez à trvavailler autrement aussi, messieurs les agriculteurs!!! ) donc il faut que leur travail soit valorisé… Et la grande distribution ne doit pas s’en mettre pleins les poches avec leur marketing, au détriment des grands bosseurs de la terre!

Il faut ou pour pouvoir poster un commentaire.

8.601 Signatures

41.399 signatures nécessaires pour atteindre 50.000
Vous recevrez des nouvelles de cette pétition par email, et d’autres actions qui lui sont proches. En signant cette pétition, vous acceptez nos CGU et le traitement de vos données conformément à notre Politique de confidentialité.