Pétition à Députés et sénateurs
Pour des prix agricoles décents pour les agriculteurs

Pour des prix agricoles décents pour les agriculteurs

Les députés vont voter mardi 2 octobre une loi qui va trahir et appauvrir les agriculteurs.

Au départ, comme vous le savez, la loi Agriculture et Alimentation devait sortir les agriculteurs des griffes de la grande distribution qui leur imposent des prix trop bas voire à perte, et leur permettre ainsi de vivre dignement de leur travail.

Au final, le dispositif de fixation des prix contenu dans le texte voté par les députés va au contraire déséquilibrer encore la relation commerciale au détriment des agriculteurs (*).

Selon les propres termes la sénatrice centriste, rapporteur du texte au Sénat : le texte « aggrave les difficultés qu’il était censé corriger » !!! Et c’est une telle trahison des promesses faites aux paysans, que les sénateurs ont refusé, en bloc, de voter ce texte.

La procédure législative donne le dernier mot aux députés. Le texte reviendra à l’Assemblée dans quelques jours.

Dans les faits, techniquement, les députés ne peuvent plus changer un texte qu’ils ont déjà voté et qui n’a pas été amendé. La loi est donc déjà virtuellement adoptée…

… Et les agriculteurs continueront à se faire broyer par la grande distribution.

Alors, plus que jamais, c’est le moment de dire haut et fort aux députés que vous êtes totalement choqué par cette loi qu’ils ont élaborée, et qui laisse nos agriculteurs se faire écraser par les géants de l’agro- industrie et de la grande distribution.

Votre action sera doublement utile :
En diffusant largement l’information autour de vous et en demandant à vos proches de signer la pétition « Pour des prix agricoles décents pour les agriculteurs », vous faites deux choses :

  1. Vous faites augmenter le nombre de signatures de la pétition pour montrer que les Français exigent d’avoir des prix justes pour leurs agriculteurs.
  2. Vous faites savoir à un maximum de citoyens que les députés qui prétendaient « révolutionner » la politique votent, en douce, des lois contraires à leurs promesses. Or ils n’espèrent qu’une chose, c’est que cela se sache le moins possible. Là, justement, vous contribuer à informer un maximum de personnes. C’est le meilleur moyen d’obliger les députés à rectifier le tir !

S’il vous plaît : transférez cette information à tous vos contacts pour soutenir les agriculteurs et faire connaître le scandale de cette loi…

D’avance, merci pour votre action.

____________________________

(*) Pour permettre aux agriculteurs d’obtenir un prix décent, la loi Alimentation contient un principe simple : on doit partir du coût de production des paysans, avec des « indicateurs de prix de revient » pour déterminer le prix de vente aux centrales d’achat.

Il était question de confier la fixation de ces indicateurs de prix, qui serviront aux négociations entre producteurs et grande distribution, à un organisme neutre, n’émanant ni des producteurs ni de la grande distribution : l’Observatoire des prix et des marges, sous tutelle du ministère de l’Agriculture.

Mais dans le texte final, ce sont les « filières » (bovine, céréalière, etc.) où dominent des géants de l’agro-industrie (Bigard par exemple pour le bœuf) qui devront établir ces indicateurs de prix.

Autrement dit, ce que cette loi est en train d’établir, c’est un dialogue entre les géants de l’agro-industrie et les géants de la grande distribution. Au détriment des paysans.

_______________________________________________________________________

Madame, Monsieur,

La loi Alimentation, votée en ce moment, avait pour but d’en finir avec les pratiques actuelles, scandaleuses, qui sont en train de tuer l’agriculture et les agriculteurs…

… Et où la centrale d’achat des géants de la distribution décide du prix, de ses marges bénéficiaires et, fait ensuite pression sur les petits producteurs et les oblige à vendre à un prix dérisoire quand ce n’est pas carrément à perte.

Pour permettre aux agriculteurs d’obtenir un prix décent, la loi Alimentation contient un principe simple : on doit partir du coût de production des paysans, avec des « indicateurs de prix de revient » pour déterminer le prix de vente aux centrales d’achat.

L’élément-clé de cette loi, vous vous en doutez, est de savoir qui va établir ces fameux « indicateurs de prix » qui serviront aux négociations entre producteurs et grande distribution.

Le Sénat et l’Assemblée nationale étaient tombés d’accord pour confier la fixation de ces indicateurs de prix à un organisme neutre, n’émanant ni des producteurs ni de la grande distribution : l’Observatoire des prix et des marges, sous tutelle du ministère de l’Agriculture.

Mais… les lobbies de la grande distribution sont passés par là !

Finalement, dans le texte soumis actuellement aux députés, ce sont les « filières » (bovine, céréalière, etc.) où dominent des géants de l’agro-industrie (Bigard par exemple pour le bœuf) qui devront établir ces indicateurs de prix.

Autrement dit, ce que cette loi est en train d’établir, c’est un dialogue entre les géants de l’agro-industrie et les géants de la grande distribution.

Une belle hypocrisie pour une loi censée assurer des négociations équilibrées et un revenu décent à tous les agriculteurs qui, justement, veulent défendre une agriculture à taille humaine, respectueuse de la nature et des animaux et donc, avec des coûts de revient un peu plus élevé que dans les « fermes des mille vaches » !

S’il vous plaît, interpellez de toute urgence les parlementaires en signant ma pétition : « Pour des prix agricoles décents pour les agriculteurs« .

Nous avons peu de temps pour agir : la loi Alimentation est en 2e lecture à l’Assemblée puis au Sénat jusqu’au 25 septembre.

Ne rien dire aujourd’hui, ce serait laisser les lobbies de la grande distribution torpiller la Loi Alimentation, et priver des millions de consommateurs de produits de qualité dans leur supermarché, à des prix établis au plus bas mais respectant le travail des paysans.

Merci de votre action.

Gilles

PS : vous faites peut-être partie de ces Français de plus en plus nombreux qui achètent leurs produits frais en « circuit court », chez les petits commerçants, en vente directe à la ferme, AMAP, etc. pour avoir des produits de saison et de qualité, une agriculture saine et de légitimes revenus pour les agriculteurs. Et votre action aujourd’hui peut être décisive pour empêcher la grande distribution d’écraser les paysans : c’est très urgent, alors je compte sur vous !

12 septembre 2018
Pétition adressée à
Députés et sénateurs

Pour des prix agricoles décents pour les agriculteurs

Pétition à l'attention des députés et des sénateurs

Je suis pour une agriculture saine, respectueuse de la nature et des animaux.

Je trouve scandaleux que la grande distribution impose des prix dérisoires, voire à perte, aux producteurs. Les paysans doivent pouvoir vivre dignement de leur travail.

Je vous demande de respecter l'esprit initial de la loi Alimentation qui devait en finir avec ce diktat de la grande distribution. Et de voter, dans la loi Alimentation, un système d'élaboration des prix qui ne soit pas déterminé par les géants de l’agro-industrie et qui permette aux agriculteurs, quelle que soit la taille de leur exploitation, de vivre décemment de leur travail.

Mises à jour

Plus de mises à jour ...
Gilles a lancé cette pétition
Il y a 2 mois

667 Commentaires

Michèle CARBONNEL
Michèle CARBONNEL

Les citadins oublient que les agriculteurs les nourrissent….

Matthias Urban
Matthias Urban

Notre société me semble vraiment très malade ! Le vrai bonheur se trouve dans des échanges positives pour participer par amour au jeu de la Vie. Mais tout le monde ne pense qu’à courir après le fric. Malheureusement aussi beaucoup d’agriculteurs. Parole d’un maraîchers.

Daniel RENARD
Daniel RENARD

c’est pas d’aujourd’hui, en 1980, mon beau frère a fait ferme auberge pour finir le mois.

Lucien Bourry
Lucien Bourry

Il est scandaleux de faire manger des produits pollués aux malades qui le sont déjà par les poisons qu’ils absorbent dans leur nourriture quotidienne. Surtout les enfants qui vont subir pendant leur croissance les perturba teurs endocriniens. Il est impératif d’imposer les produits Bio à l’Hôpital. Les médecins prononcent le serment d’Hippocrate, et il font l’impasse sur l’affirmation d’Hippocrate; « Que l’aliment soit ton remède », comme beaucoup de citoyens ordinaires. Honte à ces médecins allopathes et à ces 124, en particulier des leurs qui crachent leur hargne sur les médecines alternatives qui elles défendent une alimentation saine. L. Bourry, ex repésentant des familles à la commission Régionale des Etudes Médicales Poitou Charentes

Nadège Jarny
Nadège Jarny

Arrêter de tout détruire nos agriculteurs nos retraités nos salariés nos fonctionnaires nos animaux notre faune nos fleurs nos insectes notre planète les océans nos rivières notre nature arbres… tous ça pour de l’argent. C est trop 🛑STOP mobilisons nous tous . Bloqué la France descendons tous dans les rues et bloquons l économie . On arrête de tous travailler une ou plusieurs journées . Il faut se soutenir dans tous les domaines .

jean-pierre vitse
jean-pierre vitse

Il faudrait, pour cela parler des marges de chacun.Or, peu parlent des intermédiaires

Armand Brendel
Armand Brendel

L’état interdit mais aucune vraie solution n’est trouvée pour aider ces agriculteurs qui sont les plus mal payés de nos travailleurs, voire les horaires qu’ils font tous les jours. Une honte quand on voit les parlementaires qui n’assistent pas aux scéances ou qui y dorment. Pauvre France!!!!

marie robert
marie robert

Trop de travail et trop de constatations de suicides dans cette profession si utile, gardons nos produits français !

Pierrette BAZET
Pierrette BAZET

Nous travaillons sans pouvoir maitriser les prix de vente de nos produits, si ce n’est vendre à perdre pour s’en débarrasser. Il semble qu’aucun politique n’en ait conscience. C’est lamentable.

annick fonte
annick fonte

inadmissible, ces gens nourrissent la France, enfin ne peuvent-plus nous nourrir, cessons d’importer des fruits et légumes que nous produisons en France, l’on nous parle de pollution, mais jamais de celle provoquée par les avions et autres moyens de transports du fait de ces importations, surtout que les prix ne baissent pas, alors que les transports coûtent chers, vu les distances (Afrique, Asie, Amériques (surtout du sud) etc… marre souteno ns nos agriculteurs et achetons français, ce que je fais et je passe le message aux personnes se trouvant à côté de moi dans les étales en leur disant que je n’achète que français, sauf leds produitsd qui ne poussent pas chez nous et encore (bananes antillaises et non africaines)

Il faut ou pour pouvoir poster un commentaire.
9.158 signatures
40.842 signatures nécessaires pour atteindre 50.000
Vous recevrez des nouvelles de cette pétition par email, et d’autres actions qui lui sont proches. En signant cette pétition, vous acceptez nos CGU et le traitement de vos données conformément à notre Politique de confidentialité.

Pétitions similaires

Non à la hausse effrénée des taxes sur le gaz !
13.880 signatures 1.360
Pour un plan d’urgence de réparation des ponts en France
3.730 signatures 230
Les oubliés des communes rurales
Pétition à Jacqueline GOURAULT
2.455 signatures 169
Sel : STOP aux taxes !
Pétition à Agnès Buzin
14.980 signatures 1.393