Pétition à Jean-Michel Blanquer
Non aux déserts scolaires !

Non aux déserts scolaires !

L’Education nationale prévoit la fermeture de plusieurs centaines de classes d’écoles en zone rurale à la rentrée prochaine, pour réaffecter les professeurs en ville, dans les zones prioritaires où le gouvernement a promis des classes de 12 élèves pour les CP et CE1. (1)

Aider les enfants des ZEP en difficulté est un objectif louable, mais doit-il se faire au détriment de nos enfants, dont le seul tort est de vivre à la campagne ? La dynamisation des territoires reculés est également un objectif politique : elle ne se fera pas sans écoles – aucune famille ne viendrait s’installer dans un désert scolaire !

Rejoignez ma pétition au ministre de l’Education, pour qu’il stoppe cette vague de fermetures de classes imminente : Non aux déserts scolaires !

Le vice-président de l’association des maires ruraux de France, Dominique Dhumeaux, le dit lui-même : « Les classes rurales sont les sacrifiées de la prochaine rentrée » (2)

Dans la Sarthe, une cinquantaine de fermetures de classes sont prévues, dont une quarantaine en milieu rural, dès septembre 2018. Dans l’Indre, 28 classes vont fermer. 31 dans l’Yonne, 36 dans la Somme, 25 dans l’Orne, 23 en Mayenne…

Tous les départements sont touchés, et principalement les zones rurales.

Dans certains endroits, les enfants seront obligés de faire bien plus d’une heure de bus pour aller à l’école tous les matins, parce que leur classe a été supprimée et « fusionnée » avec une école lointaine.

De véritables déserts scolaires sont en train de se mettre en place, qui vont enclaver encore plus les territoires les plus reculés : des successions de villages, des zones entières, sans un enfant, faute d’école. Les familles qui restaient jusque-là vont déserter ces endroits pour s’agglutiner près des villes.

Alors quoi, doit-on tous aller vivre en ville pour que nos enfants aient accès à un service public d’éducation décent ? Les agriculteurs doivent-ils obligatoirement choisir entre abandonner leur métier et aller en ville, ou rester à la campagne et envoyer leurs enfants en internat ?

Nous habitons des petites villes et des villages auxquels nous sommes attachés, la plupart y ont leurs racines, d’autres sont venus y trouver la qualité de vie qui leur convient. Nous faisons vivre le tissu économique local, nous entreprenons, nous payons notre part d’impôts, et ce que nous demandons est simple : un peu de respect pour nos familles, et qu’on permette à nos enfants d’être scolarisés dans des conditions acceptables.

Et qu’on arrête cette vague de fermetures délirante, où on supprime des classes à la campagne sous prétexte qu’il n’y a que 20 élèves, pour pouvoir permettre à d’autres d’être 12 !

Qu’on ne nous dise pas que c’est une question de budget : le dernier rapport du ministère de l’Education nationale montre que la part du personnel « non-enseignant » (administration, personnel du ministère, des rectorats…) sur ses 1,1 million d’agents atteint près de 20%, pour un tiers de l’enveloppe salaires !

Ces dépenses généreuses mais superflues pourraient être réaffectées dans l’embauche de réels professeurs, et on pourrait ainsi garantir à nos enfants une école décente, sans augmenter d’un centime le budget de l’Education nationale.

En juillet dernier, le Président de la République avait promis qu’il « n’y aura(it) plus de fermetures de classes dans les écoles primaires » des territoires « les plus ruraux ».

Faisons pression pour que cette promesse soit tenue : rejoignez ma pétition au ministre de l’Education !

Merci par avance pour nos enfants.

Camille

(1) Europe 1 Fermetures de classes : les territoires ruraux en alerte – 20/02/2018

(2) La Dépêche Fermeture de classes : la fronde des écoles rurales qui s’estiment « sacrifiées » – 10/02/2018

(3) L’ÉDUCATION NATIONALE EN CHIFFRES 2017, direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance ISBN 978-2-11-151754-7

Pétition adressée à
ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer

Monsieur le Ministre,

La fermeture programmée de centaines de classes d’école en zone rurale prévue pour la rentrée 2018 est une menace pour la scolarité des enfants de ces territoires, obligés de faire des dizaines de km supplémentaires pour aller à l’école, et pour le dynamisme des petites villes et villages de zones déjà reculées, qui se transforment petit à petit en déserts scolaires – voire en déserts tout court.

Pourtant, le Président de la République avait promis qu'il "n'y aura(it) plus de fermetures de classes dans les écoles primaires" des territoires "les plus ruraux".

Je vous demande donc d’honorer cette promesse faite aux Français, et de respecter les personnes qui vivent en territoire rural, et le droit de leurs enfants à une éducation publique décente, en stoppant immédiatement cette vague de fermeture de classes scolaires.

Avec toute ma considération,

Mises à jour

Plus de mises à jour ...
Camille a lancé cette pétition
Il y a 1 année

606 Commentaires

Michel AUGERAU
Michel AUGERAU

les enfants sont l’avenir du milieu rural. les écoles sont l’avenir des enfants en milieu rural.

BAZILLIO Gisele
BAZILLIO Gisele

Que des enfants fassent des heures de trajet pour rejoindre leur établissement scolaire : NON d’autant plus que bien des cars scolaires ont étés accidentés avec des victimes parmi les enfants.

jean ANDRE
jean ANDRE

NON à la désertification de nos campagnes !

yvonne daroussin
yvonne daroussin

l’argent est devenu dictateur; via les banquiers, le plan comptable, et le dogme du toujours plus! il convient de changer de système, donc de constitution…

Lind FIEDLER
Lind FIEDLER

Les bureaux de poste, les administrations, les gares, les urgences hospitalières, les classes … ça fait beaucoup … on fait crever les zones rurales !

BOURLIER
BOURLIER

Pourquoi les classes rurales seraient défavorisées – les enfants ont tous le même droit à l’enseiginel

Anonyme
Anonyme

Sauvez les territoires n’en faites pas des zones de retraités !

Yvon AERDEMAN
Yvon AERDEMAN

Après on pleurera en constatant illettrisme galopant !

Rozé
Rozé

Il faut au contraire garder les petites écoles et autres petites structures pour éviter de mettre enfants et enseignants sur les routes !

Bernard Harlet
Bernard Harlet

tous bon a rien c’est ministres de «  » »l’éducation » » »

Il faut ou pour pouvoir poster un commentaire.
4.501 signatures
5.499 signatures nécessaires pour atteindre 10.000
Vous recevrez des nouvelles de cette pétition par email, et d’autres actions qui lui sont proches. En signant cette pétition, vous acceptez nos CGU et le traitement de vos données conformément à notre Politique de confidentialité.
Pétitions similaires
Non à la sur-taxation des médicaments pour les personnes âgées et les nourrissons !
Pétition à Agnès Buzyn

Vous l’avez peut-être remarqué lors de votre dernier passage la pharmacie : ...

Bernard P. 12.771 signatures 1.550
Pour un accueil garanti des enfants dans les écoles en cas de grève
Pétition à Jean-Michel Blanquer

Quand une grève est annoncée à l'Éducation nationale, les parents sont plongés ...

Sandrine T. 2.199 signatures 117
Pillage de la sécu : STOP aux fraudeurs
Pétition à Agnès Buzin

14 milliards d’euros chaque année, c’est le chiffre astronomique que coûte la ...

Thibault B. 16.799 signatures 2.335