Pétition adressée à Emmanuel Macron
NON AU PRELEVEMENT DE L’IMPÔT SUR LE REVENU A LA SOURCE

NON AU PRELEVEMENT DE L’IMPÔT SUR LE REVENU A LA SOURCE
Paris, Île-de-France, FR

Le fisc s’entête à vouloir prélever l’impôt sur le revenu à la source, c’est-à-dire à amputer directement les salaires et les pensions avant même qu’ils ne soient versés. Quant aux professions libérales et aux indépendants, sa volonté est carrément d’aller se servir directement sur les comptes en banque. Le gouvernement socialiste de François Hollande avait initié cette politique et le gouvernement actuel persévère dans cette voie. C’est un grave recul pour nos libertés.

Ce nouveau mode de prélèvement n’a qu’un seul objectif : augmenter au maximum l’impôt progressif en le rendant plus indolore afin d’affaiblir toute forme de résistance. Ce, en dépit du fait que le principe du consentement à l’impôt soit inscrit en lettres d’or dans notre Constitution (art. 14 de la Déclaration des droits de l’homme).

L’État a massivement emprunté – des centaines de milliards d’euros – lors de la crise de 2008 et, plutôt que d’engager de vraies réformes de fond et de baisser la dépense publique, il a maintenu cette politique de fuite en avant jusqu’à aujourd’hui. Or, les emprunts à court terme (10 ans) arrivent à échéance, rien n’a été remboursé – pas un centime d’euro – et les taux remontent… Alors, tous les coups sont permis pour saigner à blanc les Français.

Nous ne devons pas nous laisser faire. Soyons le plus nombreux possible à faire barrage : signez la pétition ! Et transmettez-là autour de vous. Tous ceux qui paient l’impôt sur le revenu sont concernés…

Signer cette pétition, c’est également adresser un message fort aux politiques : nous ne sommes pas dupes et arrêtez de nous asséner des contre-vérités. Car sur cette question de l’impôt à la source nous subissons un sacré bourrage de crâne. Mais, tous les arguments assénés dans le cadre de cette propagande fiscale s’avèrent archi-faux.

  • Le prélèvement à la source serait simplificateur et source d’économies : faux !

Ce sera un véritable casse-tête pour les entreprises, surtout pour les plus petites qui devront coûte que coûte se munir de nouveaux logiciels et qui seront contraintes de demander de nouvelles prestations à leur comptable, des heures supplémentaires et donc des coûts supplémentaires qui leur seront évidemment facturés. Ce n’est pas à nos entreprises de subir, une fois de plus, les affres de la bureaucratie. Chacun à sa place, elles n’ont pas à se transformer en collecteur d’impôt, sous prétexte d’alléger la masse de travail de fonctionnaires englués dans les méandres d’une fiscalité beaucoup trop complexe.

  • Le prélèvement à la source serait un progrès social : faux !

Dès qu’un salarié connaîtra un changement dans sa situation familiale : mariage, divorce, naissance d’un enfant, décès, etc., l’entreprise sera immédiatement informée et devra adapter le seuil de l’impôt. Cela pose un vrai problème de confidentialité et d’atteinte à la vie privée. C’est liberticide et donc totalement inacceptable. Les employeurs et les services comptables des entreprises n’ont pas à connaître la vie de famille de leurs salariés, à commencer par le niveau de revenu du foyer. Après l’État, vous n’aurez plus rien à cacher non plus à votre employeur…

Il est aussi évident que le prélèvement à la source va créer des tensions sociales au sein de l’entreprise où les relations vont se dégrader. Lorsque les salariés verront leur salaire net baisser, ils considéreront qu’ils sont trop mal payés. Or, la plupart n’iront pas se plaindre au fisc responsable de cette amputation mais auprès de leur employeur. C’est une grande lâcheté que de déplacer cette responsabilité de l’administration vers l’employeur.

Enfin, pour les professions libérales et les indépendants, le fisc ira se servir directement sur les comptes en banque. C’est ni plus ni moins de la réquisition, vous voulez le croire ?

  • Le prélèvement à la source c’est moderne, ce serait archaïque de le refuser, nous serions l’un des derniers pays au monde à ne pas l’adopter : faux !

Cela fait belle lurette que l’impôt est prélevé à la source en France. Cet impôt s’appelle même la CSG (près de 100 milliards d’euros par an, excusez du peu ! 25 milliards de plus que l’impôt sur le revenu stricto sensu…). En réalité, nous sommes surtout l’un des seuls pays au monde où le contribuable – personne physique – subit plusieurs impositions sur le revenu : l’impôt sur le revenu stricto sensu, la CSG et même la taxe d’habitation (au moins partiellement) qui tient  compte des revenus du contribuable. Or, à l’étranger, l’impôt sur le revenu s’apparente beaucoup plus à la CSG par la simplicité de ses modalités qu’à notre vieil impôt sur le revenu. Alors, si l’idée est de se mettre au diapason de nos partenaires européens, la solution est simple : supprimer l’impôt sur le revenu ! Chiche ?

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a mené une campagne tambours battants en évoquant systématiquement le « progrès » et son programme s’intitulait « Révolution ! ». Il ne doit donc plus être question de rapiécer le vieux canevas fiscal du gouvernement précédent, qui avait pour seule obsession d’augmenter les impôts, à commencer par l’impôt progressif sur le revenu.

Avec moi, signez la pétition à destination du Président de la République, Emmanuel Macron, et du ministre des Finances, Bruno Lemaire : Non, au prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source !

Philippe

3 avril 2017
Pétition adressée à
Président de la République, Emmanuel Macron
Ministre des Finances, Bruno Le Maire
Ministre des Comptes Publics, Gerald Darmanin

Je m’oppose totalement au principe du prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source qui :

• sera attentatoire à nos libertés (confidentialité, vie privée…) et qui viole le principe constitutionnel du consentement à l’impôt (art. 14 de la Déclaration des droits de l’homme) ;

• fera supporter aux entreprises des responsabilités et des charges totalement indues ;

• ne vise qu’à augmenter et à rendre encore plus progressif l’impôt sur le revenu.

En conséquence, je vous demande d’annuler purement et simplement son entrée en vigueur.

Mises à jour

Philippe a lancé cette pétition
Il y a 1 année

2.401 Commentaires

Sébastien Chaume
Sébastien Chaume

Non seulement l’Etat nous demande de faire le travail à sa place (comme pour la TVA par exemple) mais en outre, il va falloir payer avec un an d’avance des sommes qu’il faudra de toute façon régulariser, mais beaucoup plus tard et selon le bon vouloir des services fiscaux. Donc c’est non !

Francis BENDEJACQ
Francis BENDEJACQ

Je ne suis pas concerné par cette injustice mais peut-être demain!! Les patrons collecteurs de cet impôt s’ils sont mal en solvabilité, vont-ils verser cet argent ?? Tout ne sera pas clair pour Bercy.

Claude
Claude

Tel un bombardement , nous sommes Macronisés , les retraités en particulier .

Jacques Michaux
Jacques Michaux

Avec une baisse apparente ou réelle des revenus, cette méthode de prélèvement va encore plus décourager le travail. Et comme l’impôt va devenir invisible, l’Etat va se régaler en augmentations de prélèvement.

marc chartin
marc chartin

je n’appel pas ça un impôt à la source puisque le taux est calculé par rapport à l’impôt de l’année précédente , il aurait été bien plus simple d’imposer le prélèvement mensuel en gardant le système actuel

Anonyme
Anonyme

on tape toujours sur les plus petits,alors que ceux qui nous dirigent ont des avantages exuberants non imposables

Fabienne BAPST
Fabienne BAPST

J’avais opté pour le prélèvement mensuel cela me permettait d’avoir un peu de trésorerie en novembre et décembre pour palier aux dépenses pour Noel. Ceci ne sera plus le cas.

Anonyme
Anonyme

commençont a reclamer la dete du président algerien qui viens se faire soigné gratuitement depuis des années .on remplirais les caisses en une seul fois

NADINE CHANCEL
NADINE CHANCEL

oui il faut stopper cette escroquerie

Marc DOURDOIGNE
Marc DOURDOIGNE

Encore une magnifique idée de ce gouvernement pour mettre les Français un peu plus dans la m…..

Il faut ou pour pouvoir poster un commentaire.

30.064 Signatures

19.936 signatures nécessaires pour atteindre 50.000
Vous recevrez des nouvelles de cette pétition par email, et d’autres actions qui lui sont proches. En signant cette pétition, vous acceptez nos CGU et le traitement de vos données conformément à notre Politique de confidentialité.

Pétitions similaires