Pétition adressée à Députés et Sénateurs
NON A L’INFORMATION D’ÉTAT, OUI A LA LIBERTÉ D’EXPRESSION !

NON A L’INFORMATION D’ÉTAT, OUI A LA LIBERTÉ D’EXPRESSION !

Deux propositions de loi sur les « fake news » sont discutées en ce moment à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Sous couvert de lutte contre les « fausses informations », ces lois liberticides vont en fait créer une liberté d’expression à deux vitesses, où seuls les organismes agréés et choisis par le gouvernement pourront diffuser librement des informations : aidez-moi à lutter contre ce réel danger pour notre liberté et notre démocratie, en signant cette pétition !

La proposition de loi visant à « lutter contre les fausses informations » est d’une part inutile, mais surtout dangereuse à plusieurs titres.

Elle prévoit que l’Etat puisse demander la suspension ou la suppression d’une fausse information diffusée sur Internet sous 48h, par l’action d’un juge des référés, pour l’instant uniquement en période électorale – pour l’instant !

Or, la loi sur la liberté de la presse de 1881, complétée par la loi pour la confiance dans l’économie numérique, permettent déjà de sanctionner les comportements abusifs de ce type.

Ce n’est pas en empilant de nouvelles lois liberticides que l’on pourra mieux lutter contre les « fake news » qui circulent sur les réseaux sociaux !

Mais surtout, cette proposition de loi est dangereuse pour plusieurs raisons :

-D’une part, elle instaure de fait une censure gouvernementale sur l’information, puisque c’est l’Etat qui, par le biais d’un juge des référés, pourra demander le retrait d’une information qu’il juge fausse.

Or, comment juger qu’une information est « vraie » ou « fausse » ? Quels seront les critères retenus ? Faute de preuve jugée tangible, ou parce que les sources « officielles » prétendent le contraire, l’information selon laquelle un médicament prescrit par des médecins comme coupe-faim a causé la mort de nombreux malades, qu’un ministre chargé du Budget détient des comptes cachés à l’étranger, ou tout simplement que le budget de l’Etat ne permettra pas de faire des économies, sera-t-elle considérée comme fausse, et ainsi enterrée ?

Le risque est grand, surtout, de basculer vers une information d’Etat à sens unique, où toute information allant à l’encontre du pouvoir en place sera systématiquement classée dans les « fausses informations » !

Enfin, quel mépris pour nous, simples citoyens, considérés comme si peu capables de faire le tri par nous-mêmes entre les « bonnes » et les « mauvaises » informations qu’il nous faille impérativement bénéficier du filtre omniscient et bienveillant du gouvernement… Dit comme ça, on se croirait dans une distopie glaçante, mais c’est pourtant bien ce que prévoit ce projet de loi, discuté en ce moment-même au Parlement français !

-D’autre part, un amendement voté le 22 mai dernier à cette proposition de loi revient à créer une liberté d’expression à deux vitesses.

Cet amendement prévoit que les « opérateurs de plateformes en ligne s’engagent à identifier et promouvoir les contenus d’information produits par les entreprises de presse ». En clair, seules les informations produites par des entreprises ou organisations « agréées » pourront être diffusées à grande échelle sur les réseaux sociaux. Les simples citoyens, « lanceurs d’alertes » ou journalistes indépendants, ne dépendant pas d’une entreprise officiellement enregistrée comme « entreprise de presse », seront quant à eux tout simplement réduits au silence, quelle que soit l’importance de l’information qu’ils avaient à porter à la connaissance du reste des citoyens.

Or, considérer que la parole de certains a plus de valeur que celle d’autres, tout ça parce qu’ils auront reçu leur « certification officielle » de la part du gouvernement ou de la part de Facebook, est une grave atteinte à  la liberté d’expression de chacun, et revient à créer une liberté d’expression à deux vitesses, où certains pourront se faire entendre, et d’autres non.

Nous devons nous mobiliser tant que c’est encore possible – et tant que cette pétition peut encore être diffusée librement sur les réseaux sociaux ! – pour demander aux parlementaires, quel que soit leur bord politique, de s’opposer fermement à cette proposition de loi.

Je compte sur votre aide pour signer ma pétition et la partager au plus grand nombre, au plus vite : les discussions ont lieu en ce moment même au Parlement !

Merci,

François

Référence :

http://www.assemblee-nationale.fr/15/dossiers/fausses_informations_lutte.asp

http://www.assemblee-nationale.fr/15/propositions/pion0799.asp

31 mai 2018
Pétition adressée à
Députés et Sénateurs

NON A L'INFORMATION D'ÉTAT, OUI A LA LIBERTÉ D'EXPRESSION !

Mesdames, Messieurs les Députés et Sénateurs,

La proposition de loi relative à "la lutte contre les fausses informations" et la proposition de loi organique qui lui est rattachée sont soumises à votre examen en ce moment-même.

Ces propositions de loi constituent une grave atteinte à la liberté d'expression et aux fondements démocratiques de notre pays.

En effet, en laissant à l'Etat, par le biais d'un juge aux référés, le soin de décider si une information est vraie ou fausse et d'en demander le retrait le cas échéant, revient à institutionnaliser une véritable censure gouvernementale.

En outre, en prévoyant que seules les informations émanant d'un organisme ou d'une entreprise "agréée" puissent être mises en avant sur les réseaux sociaux, cette proposition de loi revient à créer une liberté d'expression à deux vitesses, dans laquelle un tri sera effectué entre ceux qui auront le droit de délivrer une information aux citoyens, et les autres, menaçant de disparition le journalisme indépendant d'investigation, le journalisme d'opinion, ou les informations souvent cruciales émanant de citoyens "lanceurs d'alerte".

Aussi, je vous demande de défendre notre droit à l’information et notre liberté d’expression et d’opinion, en vous opposant fermement à ce projet de loi,

Respectueusement.

Mises à jour

Mise à jour de la pétition

Des débats ont été tellement houleux à l'Assemblée nationale concernant cette censure d'Etat sur l'information que les Français ont le droit de voir que le vote a été reporté, faute ...

Il y a 2 semaines
François a lancé cette pétition
Il y a 3 semaines

476 Commentaires

david mouloud
david mouloud

S’ils travaillaient les vrais problèmes ils ne penseraient même pas à ces sottises !!

Anonyme
Anonyme

Surtout ne pas se laisser faire et combatre

Jacqueline Picoche
Jacqueline Picoche

La liberté guide nos pas (Chant du Départ, 1792)

Monique BONREPAUX
Monique BONREPAUX

Halte a cette idée déjà développée par Hitler et aujourd’hui par Macron !!!

Jacques DE VILLED'AVRAY
Jacques DE VILLED'AVRAY

Droit de lire ce qu’on veut et de se fairee sa propre opinion quoi qu’on lise…démocratie !!!

EDMEE JACQUET
EDMEE JACQUET

attention à nos libertés

Guillaume Fortin
Guillaume Fortin

Non à la désinformation de la classe dominante et aux médias à leur botte

claude Alise
claude Alise

il faut absolument garder la liberté d’expression

Ranson
Ranson

une censure gouvernementale se prépare inspirée par la mentalité socialiste et non par les partis et associations dites  » de Droite qui sont les premiers menacés; restons méfiants

Renée MORLANNE
Renée MORLANNE

Déjà, le terme « fake news » me répugne et masque un immense foutoir ! Ensuite, appelons « un chat, un chat » ! Derrière ce terme hérissant se cachent plusieurs formes de « nouvelles » qui se traduisent par : tromperie, mensonge, désinformation, etc. Les mots français adaptés « aux délits » ne manquent pas, donc déjà respectons notre culture. Ensuite dans notre « artillerie » juridique il doit y avoir les armes pour sanctionner ce genre de « fausse nouvelle » ; alors, mettons en œuvre ce qui existe déjà. Pour conclure, que nos dirigeants utilisent leur énergie et notre argent à des taches et sur des sujets bien plus importants pour notre pays.

Il faut ou pour pouvoir poster un commentaire.

7.157 Signatures

2.843 signatures nécessaires pour atteindre 10.000
Vous recevrez des nouvelles de cette pétition par email, et d’autres actions qui lui sont proches. En signant cette pétition, vous acceptez nos CGU et le traitement de vos données conformément à notre Politique de confidentialité.