Pétition à Edouard Philippe
Ne laissons pas l’écriture inclusive détruire notre langue !

Ne laissons pas l’écriture inclusive détruire notre langue !

Une nouvelle manière d’écrire est en train de se répandre peu à peu. Vous en avez sans doute déjà entendu parler, il s’agit de « l’écriture inclusive ».

Voici ce que cela donne :

« Les assistant.te.s accueillent leurs nouveaux.elles collègues » (point médian, pour mettre le féminin à égalité avec le masculin).

« Roméo et Juliette sont belles » (accord de proximité remplaçant la règle grammaticale du masculin qui l’emporte sur le féminin).

« L’écrivaine Delphine Machin a inauguré les  journées du Matrimoine » (féminisation des métiers et des concepts)

En tant que femme, j’avoue ne pas bien comprendre en quoi ce style défend la cause des femmes, comme l’affirment les féministes qui en font la promotion. Mais ce que je vois bien, c’est que ces règles bizarroïdes sont une véritable arme de destruction massive de notre belle langue.

Imaginez les dégâts sur les enfants, auxquels on a déjà le plus grand mal à apprendre à lire et écrire avec l’orthographe habituelle et des règles grammaticales établies depuis des siècles.

D’ailleurs, c’est à l’occasion de la sortie d’un manuel scolaire de CE2 (Hatier) en 2017 que beaucoup de parents ont appris l’existence de cette nouvelle écriture. Cela a, bien sûr, fait un tollé !

Du coup, le Premier ministre Edouard Philippe a fait une recommandation à ses ministres : « Je vous invite, en particulier pour les textes destinés à être publiés au Journal officiel de la République française, à ne pas faire usage de l’écriture dite inclusive », a-t-il formulé dans une circulaire. Et le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a apaisé le débat en précisant qu’il trouvait que cette écriture rajoutait de la difficulté. Doux euphémisme…

Mais je dois dire – et j’imagine que beaucoup de parents et de grands-parents sont comme moi – que je suis très inquiète de cette possible détérioration de la langue française, et du mal que cela peut faire aux enfants.

Il y a eu la publication d’un manifeste en faveur de l’écriture inclusive signé par 314 enseignants, qui y annonçaient leur décision de ne plus enseigner la règle de grammaire selon laquelle le masculin l’emporte sur le féminin.

Je m’étonne qu’on n’ait plus aucune information sur ce sujet qui me paraît très grave. Va-t-on laisser impunément des instituteurs ne pas apprendre les règles de base du français à nos enfants ou petits-enfants ?

Alors, je me suis un peu renseignée.

Et je me suis rendu compte qu’en fait, derrière ces belles déclarations qui se voulaient rassurantes, l’écriture inclusive est toujours présente ! Elle prospère et progresse insidieusement dans la sphère publique et l’administration.

Le « Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes » a publié un guide pratique de l’écriture inclusive, avec le soutien du ministère des Familles. On y trouve de nombreux encouragements à bannir certains mots. Par exemple, « éviter de parler d’hommes ou de femmes » pour dire « les êtres humains ». Ce guide explique aussi comment « certain.e.s usager.ère.s d’une communication égalitaire » utilisent des pronoms neutres et que « il » et « elle » devient « iel » ou « ille »,  et « celles » et « ceux » devient « celleux » ou « ceulles »…

… Sur le site du Conseil Economique Social et Environnemental, on lit dès la page d’accueil que ses membres sont des « agriculteur.rices.s », « chef.fe.s  d’entreprise », « salarié.e.s »…

… Le ministère du Travail a publié « un guide de bonnes pratiques » pour les petites et moyennes entreprises, intégralement rédigé en écriture inclusive, et qui explique comment « délester sa communication des stéréotypes de sexe«  en utilisant les points médians (client.e.s) et en privilégiant les mots neutres (un/une collègue),…

… Oui, oui, ce sont vos impôts qui financent la promotion de ce nouveau langage soi-disant banni par le Premier ministre.

Et l’écriture inclusive fait aussi son chemin dans les collectivités locales.

Par exemple, la ville de Paris va former 300 agents à l’écriture inclusive et compte réaliser un livret en vue d’une généralisation de la communication inclusive à l’horizon fin 2018. Au conseil régional de Bretagne, également, cette règle d’écriture se met en place progressivement sur l’ensemble des documents.

Et puis, insidieusement, cette écriture malmenée, défigurée,  est en train de pénétrer dans notre quotidien via les journalistes et les médias.

Agences de presse et journaux mettent en place des chartes pour promouvoir l’écriture inclusive. Le Monde, par exemple, applique depuis peu « des directives pour commencer à mettre en place une grammaire plus égalitaire. Le journal va expérimenter l’accord de proximité dans un supplément et le point médian dans ses appels à témoignages ». Et des journalistes participent même à des dictées en écriture inclusive pour s’entraîner.

Si on n’y prend garde, ça ne fait aucun doute : d’ici quelques années, l’écriture inclusive aura déjà fait des ravages dans la pratique de langue française, tout ça soi-disant pour l’égalité homme-femme (en écriture inclusive, j’aurais dû écrire femme-homme car pour assurer la parité entre les sexes, il faut mettre les listes de mots dans l’ordre alphabétique…).

Il faut réagir. Et vite, avant qu’il soit trop tard.

Aussi, j’espère que vous ajouterez votre signature à la pétition « Ne laissons pas l’écriture inclusive détruire notre langue ! ». Car il faut une mobilisation massive de tous les citoyens amoureux de la langue française, conscients que c’est notre patrimoine culturel, et un ciment pour la cohésion de notre société.

La poussée des pro-inclusive est très forte – un député s’est vu réduire sa rétribution parce qu’il refusait de dire Madame LA ministre. Et on voit bien que les dirigeants politiques font l’autruche.

Seule une mobilisation puissante peut les obliger à prendre des mesures concrètes, de bon sens, pour empêcher ce massacre programmé de notre langue.

Car il est vraiment scandaleux que cet enlaidissement et cette inutile complication de notre langue se propage à toute vitesse via les textes administratifs et les médias qui vivent sous perfusion d’argent public.

La destruction de la langue française n’a pas à être promue par les services de l’Etat qui devraient au contraire assurer sa préservation et sa transmission, ni à être financée par nos impôts. C’est un comble !

Alors, pour préserver notre langue, le gouvernement peut édicter et faire respecter quelques règles très simples :

  • Interdire l’utilisation et la promotion de l’écriture inclusive au sein des administrations publiques, des ministères et en particulier à l’Education nationale ;
  • Faire respecter cette règle et sanctionner quiconque y contrevient ;
  • Retirer toute subvention publique à ceux qui veulent l’utiliser que ce soit parmi les associations ou les médias.

C’est notre belle langue, celle qui a permis tant de textes, récits, poésies ou discours sublimes, un pan essentiel de notre culture, qui a servi la grandeur et le rayonnement de notre pays, qui est en jeu.

S’il vous plaît, signez vite la pétition «  Ne laissons pas l’écriture inclusive détruire notre langue ! » pour demander l’application de ces mesures de bon sens qui peuvent éviter le naufrage de la langue française.

Merci.

Catherine

20 février 2018
Pétition adressée à
Premier ministre, Edouard Philippe
ministre de la Culture, Françoise Nyssen
ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer

Ne laissons pas l'écriture inclusive détruire notre langue !

L’écriture inclusive progresse insidieusement dans la sphère publique, l'administration et plus grave encore, au sein de nos écoles.

Hachurer les mots, enlaidir la langue et transformer la lecture en véritable parcours du combattant crée une coupure dangereuse entre l’écrit et le parlé.

Une langue comme le français est le fruit de plus d’un millier d’années d’histoire. Elle est le reflet de notre société, de notre culture et doit évoluer naturellement, à son rythme.

Attaquer ainsi notre langue et instrumentaliser nos enfants et petits-enfants est inacceptable.

La destruction de la langue française n'a pas à être promue par les services de l'Etat qui devraient au contraire assurer sa préservation et sa transmission, ni à être financée par de l'argent public.

C’est pourquoi, pour protéger la langue française et préserver notre patrimoine culturel, je vous demande :

- d'interdire l’utilisation et la promotion de l’écriture inclusive au sein des administrations publiques, des ministères et en particulier à l’Education nationale ;

- de faire respecter cette règle et sanctionner quiconque y contrevient ;

- de retirer toute subvention publique à ceux qui veulent l'utiliser que ce soit parmi les associations ou les médias.

Mises à jour

Plus de mises à jour ...
Catherine a lancé cette pétition
Il y a 1 année

3.989 Commentaires

Nguyen Huu Duyet
Nguyen Huu Duyet

Bravo pour votre initiative ! Le crétinisme nous envahit, cette écriture en est une preuve ! Je déplore qu’il nous faille presque engager un combat rien que pour qu’elle ne devienne une pratique courante.

isabelle d'Aubenton Carafa
isabelle d'Aubenton Carafa

L’écriture inclusive est un massacre de la langue française , de notre culture et de sa compréhension par tous les citoyens du Monde. Elle est aussi une insulte à notre intelligence (un mot féminin qu’on ne peut quand même pas réserver aux seules femmes comme la procréation qui est pourtant fondamentalement l’oeuvre de deux personnes de sexe opposé ). Elle s’oppose à la compréhension de notre pays par les autres nations (pour utiliser des mots simples à forte valeur ajoutée ) Ce charabia sera un frein à l’avenir même de nos enfants qui ne comprendront plus rien et ne pourront rien transmettre d’intelligible . Nous les priverons de toute appétence pour la lecture (deux mots féminins qu’il faudra masculiniser si on veut éviter la guerre des sexes (guerre étant de genre féminin et sexe étant de genre masculin, il va falloir un troisième genre au moins pour cet attelage que je ne souhaite à personne. Que ceux qui veulent briller en société évitent de le faire au détriment de toutes les générations futures, de l’intelligence humaine et de notre propre histoire. Le ridicule (mot masculin) qui tue une réputation (mot féminin) au moins depuis Molière n’a pas de frontières. Devrons nous masculiniser la langue française, la nation française, la République Française, pour garantir l’égalité de tous à cette nouvelle langue (plutôt un patois ) dont l’indigence fera se tordre de rire les citoyens et citoyennes de tous les pays. Ridiculisons les partisans de cette soi disant écriture qui ignorent que le sens d’un mot peut déjà être neutre et ce bien avant le siècle des Lumières (un mariage heureux) , qu’il soit masculinisé ou féminisé selon le sens qui lui a été donné depuis deux mille ans ou qui lui est donné dans la phrase. C’est justement la beauté et la force de la langue française. Les ignorants et ignorantes (ou l’inverse) de notre très belle langue et de la civilisation sur laquelle elle s’est appuyée ne sont pas obligés d’imposer aux autres leurs propres foucades au mieux, et au pire leur volonté de nuire aux générations futures. Je rappelle aux adeptes de cette ineptie que le mot République est féminin. IL concentre ce qui fait notre force et notre fierté (mots qui sont tous féminins). Refusons avec force et constance du plus bas au au plus haut niveau du pays, ce patois débile et profondément pervers par ses effets qui fragiliseront les plus faibles d’entre nous. Ils méritent beaucoup mieux de la solidarité française et notre obligation comme notre fierté commune est aussi de leur conserver une langue compréhensible.

Ranson
Ranson

La stupidité des féministes sectaires et sans culture est vraiment insondable …, et on n’est pas encore au fond !.

Michel Szczesny
Michel Szczesny

Contre l’utilisation par les institutions publiques de ce point médian qui rend la lecture impossible. Écrivons plutôt « les citoyennes et les citoyens ».

Véronique LIACRE
Véronique LIACRE

Il faudrait aussi une pétition contre la bêtise inclusive de tous ces cinglés !

sylvette molieres
sylvette molieres

Quei scandale, réagissons

Marie-Claire Périssier
Marie-Claire Périssier

Je ne vois pas le rapport entre les règles de notre langue française et le féminisme… C’est de la poudre aux yeux pour nous donner l’impression de faire avancer les mentalités, mais il vaudrait mieux déjà commencer par respecter l’égalité entre hommes et femmes dans le travail par rapport aux salaires… Cela me semble plus important…

BELIN
BELIN

La destruction de la langue est la négation de l’intelligence.

Chabre magali
Chabre magali

Pauvre France…

Anonyme
Anonyme

Parfaitement ridicule; comme si cette pratique allait changer les esprits : les féministes semblent oublier que c’est là que ça se passe.

Il faut ou pour pouvoir poster un commentaire.
13.943 signatures
36.057 signatures nécessaires pour atteindre 50.000
Vous recevrez des nouvelles de cette pétition par email, et d’autres actions qui lui sont proches. En signant cette pétition, vous acceptez nos CGU et le traitement de vos données conformément à notre Politique de confidentialité.
Pétitions similaires
Non à la sur-taxation des médicaments pour les personnes âgées et les nourrissons !
Pétition à Agnès Buzyn

Vous l’avez peut-être remarqué lors de votre dernier passage la pharmacie : ...

Bernard P. 10.155 signatures 1.205
Pour un accueil garanti des enfants dans les écoles en cas de grève
Pétition à Jean-Michel Blanquer

Quand une grève est annoncée à l'Éducation nationale, les parents sont plongés ...

Sandrine T. 2.195 signatures 117
Pillage de la sécu : STOP aux fraudeurs
Pétition à Agnès Buzin

14 milliards d’euros chaque année, c’est le chiffre astronomique que coûte la ...

Thibault B. 16.681 signatures 2.307